LE GUIDE DES EAUX-DE-VIE

#Non classé
/20.04.15

Avec des équivalents dans la plupart des langues européennes («aquavitae» en latin, «akuavit» en danois, «usquebeath» en gaélique), l’eau-de-vie puise ses racines à l’époque du Moyen-Âge, baptisée ainsi par les alchimistes qui pensaient avoir inventé un élixir de longue vie.

DU REMÈDE MIRACLE À L’APPRÉCIATION D’UN ALCOOL POUR SON GOÛT

L’eau-de-vie a été exploitée pendant plusieurs siècles pour ses vertus médicinales, grâce à un pouvoir antiseptique désormais vérifié. Aujourd’hui, une eau-de-vie désigne de manière générale tous les alcools distillés. Cependant, elle désigne aussi tous les alcools distillés qui ne possèdent pas d’appellation distincte. Parmi une grande variété de production en fonction des fruits, des herbes ou des grains utilisés, il existe deux eaux-de-vie qui méritent un intérêt particulier : la grappa élaborée à partir de marc de raisin et le pisco réalisé avec des grappes de raisin entières.

L’EAU DE VIE, ÉTAPE PAR ÉTAPE

Etape 1 – La fermentation alcoolique

En fonction de sa teneur en sucre et en levures et de sa constitution (fruit à noyau, fleur…), la matière première est mise à fermenter de différentes manières. Quel que soit le procédé de fabrication, le but recherché est de simplifier les sucres complexes en sucres fermentescibles, puis de les transformer en alcool sous l’action de levures. On parle ainsi de fermentation alcoolique.

Etape 2 – La concentration des arômes

Cette phase est essentielle dans le profil aromatique d’une eau-de-vie. Il s’agit de distiller deux fois l’alcool obtenu pour en concentrer les saveurs. Différents alambics sont employés, du plus traditionnel à repasse au plus moderne, l’alambic à colonne, et influencent selon leur forme et leurs dimensions la palette de saveurs finale de l’eau-de-vie. Le coeur de chauffe est récupéré, titrant alors à 65%.

Etape 3 – Un temps de repos

La durée de vieillissement dépend du résultat recherché. Le distillat peut être vieilli en cuves en inox et ainsi revêtir un aspect transparent sans coloration. D’autres eaux-de-vie sont vieillies ou affinées en fût de chêne et acquièrent avec le temps une belle coloration ambrée. Enfin, l’eaude- vie est adjointe d’eau jusqu’à obtenir le degré alcoolique souhaité.

DES APPELLATIONS QUI EN DISENT LONG

La grappa est un alcool distillé à base des peaux de raisins qui subsistent après le pressurage du moût servant à faire le vin. Exclusivement produits en Italie, les raisins utilisés pour son élaboration peuvent provenir de plusieurs régions du pays. Parmi elles, 9 régions distinctes bénéficient d’une appellation particulière : Piémont, Lombardie, Vénétie, Trentin, Haut-Adige, Tyrol du Sud, Barolo, Frioul-Vénétie Julienne et Sardaigne. De plus en plus de versions de grappa sont vieillies, mais elles sont le plus souvent embouteillées sans vieillissement à leur degré minimal de 37,5%. La grappa se déguste pure à différentes températures selon son degré de vieillissement ou simultanément avec un expresso. Elle entre aussi dans la confection de nombreuses recettes italiennes traditionnelles et de boissons comme le caffè corretto.

Le pisco est une eau-de-vie de vin produite en Amérique du Sud. Sujet de beaucoup de rivalités entre deux pays voisins, le Chili et le Pérou, le pisco présente plusieurs grands styles distincts. Le pisco du Chili se démarque par l’utilisation quasi-exclusive du cépage muscat et une classification reposant sur le degré d’alcool : regular, spécial, reserve et great. Le pisco du Pérou qui est issu d’une seule distillation, fait appel à plusieurs types de cépages et se décline par degré d’aromaticité : aromatico, puro et acholado. Il est souvent de caractère plus rustique. Le pisco s’apprécie bien évidemment pur, sur glace, mais aussi en cocktail, le plus célèbre étant le pisco sour à base de blanc d’oeuf.